” Le Plan National de Protection , un outil efficace pour protéger nos enfants »

 ” Le Plan National de Protection , un outil efficace pour protéger nos enfants  »

La situation sociale, politique et économique difficile d’HaÏti fragilise davantage celle des enfants du pays, spécialement ceux avec des besoins à caractère spéciaux comme par exemple, les enfants de rue, les enfants handicapés ,ceux qui travaillent dans les champs, dans les familles appelés «restaveks», ….. .. La plupart de ces enfants sont maltraités, n’ont aucune identité et ne jouissent pas des privilèges et prérogatives en tant que citoyens.

En l’année 2000, un groupe d’institutions en Haiti avait commencé à réfléchir sur l’élaboration d’un plan national de protection de l’enfant. À l’époque, l’organisation qui avait le leadership d’une telle initiative avait discontinué ses activités en Haïti, et il n’y avait eu aucun suivi. Six années plus tard, plus précisément, le mois d’octobre 2006, l’UNICEF et le Ministère des Affaires Sociales (MAST) avaient réalisé un symposium de deux jours dans l’objectif de valider le plan national de protection en faveur de l’enfant en situation difficile (Le Nouvelliste , 6 décembre 2006). Ce plan devrait servir de cadre de référence pour venir en aide aux enfants. En cette occasion, le ministre du MAST, dans son intervention, avait promis d’assurer le suivi et de solliciter l’approbation du conseil des Ministres et, le Premier ministre, à l’ouverture de ce symposium, s’était exprimé ainsi «  Notre but avec le Plan national de protection de l’enfant (PNP) est de donner à chaque enfant les meilleures conditions pour grandir et s’épanouir ». Rien n’a été fait, les actions prioritaires et les mécanismes de mise en œuvre proposés dans le document sur une période de cinq ans n’avaient pas été concrétisés. Au mois d’avril 2012, I’Institut du Bien-Être Social et de Recherches (IBESR) avait invité les acteurs qui intervenaient dans la protection de l’enfant à une rencontre pour repenser le système de protection accordé aux enfants et élaborer un plan stratégique de protection pour la période de 2012-2017.

Si le document du Plan National de protection de l’enfant élaboré en 2006 est un outil important, indispensable dans la démarche nationale pour l’éradication de la violence faite aux enfants en Haiti, l’élaboration du plan stratégique en vue de son opérationnalisation l’est encore davantage pour permettre aux acteurs de la chaîne de protection (IBESR, MAST, Office National du Citoyen, Tribunal de Paix) ,la société civile, les institutions gouvernementales et non-gouvernementales, les leaders des communautés rurales… de mieux orienter leur intervention sur le terrain.

C’est un projet important, vaste, il incombe à l’état de prendre le leadership avec le support des institutions internationales, nationales, la société civile pour lutter activement contre la violence faite aux enfants et prendre des mesures et initiatives appropriées. Il doit être basé sur la réalité du pays et les structures locales en place doivent être utilisées dans la concrétisation de ce plan. En fait, l’aide des CASECS, ASECS, des leaders communautaires est nécessaire pour toucher les zones éloignées du pays ou la plupart des enfants sont originaires, ce sont les filles et les fils des membres des communautés rurales qui sont les plus touchés par la maltraitance…..,.Ces acteurs locaux (CASECS, ASECS…) représentent l’autorité locale et connaissent mieux les réalités profondes de leurs commuanutés, ils peuvent constituer le prolongement des différents acteurs de la chaine de protection (IBERS, MAST, BPM, Tribunal pour Enfants, Office de la protection du Citoyen, Tribunal de Paix) de l’enfant dans leurs zones respectives, difficiles d’accès pour la plupart. La traduction d’un tel document dans les deux langues du pays est importante pour guider les acteurs travaillant dans la Protection de l’enfant.

Aujourd’hui, notre cadre légal pour protéger les enfants est renforcé avec l’adoption et la ratification de plusieurs instruments nationaux et Internationaux  (opportunité à saisir pour éradiquer la Violence faite aux enfants). Malgré cette avancée importante au niveau légal, une réponse concrète, réelle au niveau national tarde à voir le jour. On assiste à un blocage important, difficile à franchir pour passer de la theorie vers la pratique et freiner la Violence faite aux enfants. En effet, il est difficile d’aborder cette question sans toucher les problèmes qui rongent la société haïtienne (social, politique, économique)… C’est pourquoi une décision politique doit etre prise pour protéger les enfants contre toutes sortes de violence et qu’il est indispensable que les acteurs travaillent ensemble, coordonnent leurs efforts. Tant que les interventions sur le terrain ne sont pas coordonnées, ne relèvent pas d’un plan stratégique global qui tient compte des réalités locales du pays, tant que les institutions continuent à travailler de façon indépendante, il sera difficile d’arriver à un résultat concret.

Difficiles ou pas, nous devons adresser ensemble les causes structurelles de la Violence faite aux enfants, mettre en place des moyens et des compétences spécialisées, appropriées ,nécessaires, pour répondre aux besoins réels des enfants dans les villes et dans les communautés rurales pour qu’enfin, la lutte contre la violence faite aux enfants, ne soit plus vue comme de la serviabilité mais comme des obligations morales et juridiques.

Une démarche qui implique tout le monde, particulièrement les communautés rurales dont les réflexions sont rarement considérées.

Guerda

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s